Logo de la FCSII

Informations et mises à jour sur la COVID-19

Cette page a pour but de fournir des informations générales sur le nouveau coronavirus COVID-19. Cette page sera mise à jour dès que la FCSII aura d’autres informations. 

Enonce de position sur le COVID-19

Resume de recherche sur la COVID-19

Dernieres nouvelles de la FCSII sur le COVID-19
Ajouter votre voix: la sécurité est non négociable

Qu’est-ce que la COVID-19?

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un coronavirus appartient à une famille de virus causant des maladies allant du rhume simple à des maladies graves, par exemple le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) ou le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (SRMO). Un nouveau coronavirus est une souche pas encore identifiée chez l’humain. Appelée COVID-19, cette maladie respiratoire est apparue pour la première fois à la fin de 2019 et s’est propagée par la suite dans le monde entier. Le 11 mars 2020, l’OMS a qualifié la COVID-19 de pandémie mondiale.

Pour en savoir davantage, consultez notre résumé de la recherche. (en anglais seulement)

Quel est l’impact de la COVID-19 sur le Canada et ses travailleurs de la santé?

Des cas sont maintenant confirmés partout au Canada, et les chiffres montent en flèche à chaque jour avec l’augmentation des tests de dépistage de la COVID-19. Les travailleurs de la santé sont de plus en plus exposés au virus et plusieurs ont reçu un résultat positif après avoir été testés.

Quels sont les symptômes de la COVID-19?

La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) est une infection respiratoire. Les symptômes comprennent fièvre, toux sèche, mal de gorge, mal de tête. Dans les cas plus graves, l’infection peut causer la pneumonie, le syndrome respiratoire aigu sévère, l’insuffisance rénale et la mort.

Que fait la FCSII?

La FCSII communique activement avec l’Agence de la santé publique du Canada, et les bureaux de santé publique du pays, afin de protéger la santé et la sécurité du personnel infirmier et, par extension, du public. Nous voulons nous assurer que les mesures de prévention et de contrôle des infections pour les travailleurs de la santé intègrent le principe de précaution. Selon ce principe, les efforts raisonnables pour protéger les travailleurs de la santé ne doivent pas attendre la certitude scientifique. Compte tenu des données scientifiques émergentes au sujet de la COVID-19, et l’incertitude à savoir comment et quand le virus se transmet, la position de la FCSII est la suivante :

  • Tout le personnel infirmier et tous les travailleurs de la santé de première ligne qui sont à risque d’exposition potentielle dans leur aire de travail (selon une évaluation organisationnelle des risques d’exposition à une maladie infectieuse), et qui sont chargés de cas suspects ou confirmés du nouveau coronavirus 2019, doivent avoir facilement accès à un respirateur N95, homologué par le NIOSH et soumis à un test d’ajustement, ou à un respirateur plus puissant (par exemple un appareil de protection respiratoire (APR) à épuration d’air motorisé),. Ils doivent aussi avoir été formés par l’employeur, évalués et entraînés à s’en servir adéquatement et de façon sécuritaire.
  • La FCSII reconnaît l’importance cruciale d’une évaluation des risques au point d’intervention, activité fondée sur le jugement professionnel de chaque infirmière (connaissances, compétences, raisonnement et éducation). Le personnel infirmier et tous les travailleurs de la santé de première ligne qui sont à risque dans leur aire de travail devront faire une évaluation des risques au point d’intervention. Si l’infirmière ou l’infirmier pense que l’équipement de protection fourni est inadéquat par rapport à l’acuité des besoins des patients, l’environnement ou autres facteurs, il ou elle doit pouvoir se procurer des EPI de niveau supérieur.
  • Au minimum, et tel que demandé aux employeurs ou requis par les employeurs, tous les employés doivent aussi avoir des équipements de protection individuelle en guise de protection contre la transmission par contact et gouttelettes dans les cas suspects, présumés ou confirmée de la COVID-19, y compris gants, protection des yeux (masque facial et lunette de protection), blouses de contagion, et masques chirurgicaux ou d’intervention. Ils doivent aussi avoir été formés sur la façon sécuritaire de s’en servir.
  • Les précautions contre la transmission aérienne, ainsi que l’utilisation des respirateurs N95 ou plus puissants, doivent être obligatoires en tout temps dans les aires cliniques où se font les interventions médicales générant des aérosols (par exemple, unités de soins intensifs, salles d’urgence, salles d’opération, unité de soins post-anesthésiques, et centres de traumatologie), et où l’on s’occupe de patients atteints de la COVID-19.
  • STOP si vous n’avez pas l’équipement requis de protection individuelle (EPI) ou un masque ajusté correctement, et si vous n’avez pas été formé, informé et évalué adéquatement par rapport à son entretien, son utilisation et ses limites, et parler à sa gestionnaire ou surveillante; documenter la situation et en informer votre syndicat ou votre représentante au sein du comité mixte de santé et sécurité au travail (SST).
  • SIGNALER toute inquiétude liée à la santé et à la sécurité, y compris les lacunes dans les protocoles et les procédures, les communications, la formation, l’accès aux EPI ou tout autre inquiétude. Le signaler à votre gestionnaire ou surveillante, et informez votre comité mixte de SST et votre syndicat.

Infirmières/infirmiers qui sont plus susceptibles à la COVID-19 en raison d’état de santé?

Les infirmières qui ont des maladies sous-jacentes, sont enceintes, ou en fin de carrière s’inquiètent d’être exposées à la COVID-19. Parlez de votre situation avec votre fournisseur de soins, et communiquez avec votre syndicat si rien n’est fait par rapport à vos préoccupations.

Questions ou préoccupations?

Pour toute question ou préoccupation, communiquez avec votre syndicat ou un membre du comité mixte de santé et sécurité au travail.