Logo de la FCSII
20 octobre 2021

Des doses de rappel devraient être offertes aux travailleurs de la santé du Canada

Coronavirus
COVID-19
vaccination
vaccins

Des doses de rappel devraient être offertes aux travailleurs de la santé du Canada : les employeurs doivent adopter une approche multidimensionnelle pour protéger les travailleurs

La Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et infirmiers, qui représente près de 200 000 infirmières, infirmiers, étudiantes et étudiants en sciences infirmières, presse le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) de recommander aux provinces et aux territoires d’offrir une dose de rappel du vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 à tous les travailleurs de la santé dispensant des soins directs aux premières lignes, et qui ont reçu leur deuxième dose il y a plus de six mois. Avec la pénurie de travailleurs de la santé dans chaque province, et un système de soins de santé sur le point de s’effondrer dans plusieurs provinces et territoires, le Canada ne peut pas se permettre de perdre des travailleurs de la santé en raison de maladie.

Le personnel infirmier, et autres travailleurs de la santé, courent un risque élevé d’être exposés au SRAS-CoV-2, le virus causant la COVID-19. En date du 15 juin 2021, plus de 94 000 travailleurs de la santé du Canada avaient reçu un diagnostic de COVID-19. Plusieurs d’entre eux ont souffert en raison des symptômes de la « COVID longue » ou pourrait en souffrir maintenant. Selon les données de l’Agence de la santé publique du Canada, 60 % des adultes qui présentaient des symptômes post-COVID avaient au moins un symptôme après une longue période (plus de 12 semaines après l’infection initiale par le virus COVID-19); 10 % des adultes n’étaient pas en mesure de retourner au travail même après une longue période. Soulignons que les personnes présentant le syndrome post-COVID peuvent avoir eu une infection légère, moyenne ou grave avec symptômes, ou une infection légère sans symptômes.

Les travailleurs de la santé sont aux premières lignes et au chevet de patients atteints très gravement par la COVID-19. Parce que leur profession présente un risque élevé d’exposition, ces travailleurs ont besoin du niveau le plus élevé de protection afin de réduire les risques de transmission (à leurs collègues, aux patients et à leur famille), de réduire les risques d’infection, de maladie grave, et de possibles complications à long terme en raison de la COVID-19. Dix (10) mois se sont écoulés depuis que les travailleurs de la santé du Canada ont reçu leur dose initiale.

Selon de nouvelles données publiées dans The Lancet, l’efficacité du vaccin Pfizer-BioNTech contre les infections au SRAS-CoV-2 est passée de 88 % pendant le premier mois après avoir reçu deux doses du vaccin à 47 % après six mois; son efficacité pour réduire le risque d’hospitalisation demeure élevée, soit 90 % dans l’ensemble et pour tous les variants. L’étude reconnaît aussi que le variant Delta représente une menace majeure et constante. Selon une analyse récente publiée dans CMAJ, le variant Delta augmente de 108 % le risque d’hospitalisation, de 235 % le risque d’être admis à l’unité des soins intensifs, et de 133 % le risque de décès lorsqu’on le compare à la souche originale.

En se basant sur les données sur l’efficacité et l’innocuité des troisièmes doses, le U.S. Centers for Disease Control and Prevention recommande qu’une troisième dose du vaccin Pfizer-BioNTech soit offerte aux travailleurs de la santé. Le National Health Service du Royaume-Uni offre aussi une dose de rappel aux travailleurs du secteur de la santé. Finalement, plus tôt ce mois-ci, la European Medicines Agency a conclu que l’on « pourrait considérer offrir une dose de rappel au moins six (6) mois après la deuxième dose pour les personnes de 18 ans et plus. »

Dans un esprit d’équité, et en se basant sur la science, la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et infirmiers continue de revendiquer une stratégie universelle de vaccination, et des efforts mondiaux pour offrir la vaccination à tous. Les données scientifiques indiquent clairement que les vaccins sont efficaces pour prévenir les maladies graves, les hospitalisations et les décès en raison de la COVID-19, y compris le variant Delta. Cela étant dit, les vaccins ne sont pas une panacée, et les mesures de santé publique doivent demeurer encore pendant un certain temps. Les employeurs du secteur de la santé doivent adopter une approche multidimensionnelle pour protéger les travailleurs, y compris vaccins, stratégies de contrôle des infections (y compris ventilation adéquate et unités réservées aux patients COVID), et l’utilisation des meilleurs équipements de protection individuelle avec protection respiratoire contre la transmission par voie aérienne (masques N95 ou offrant un niveau supérieur de protection).

La FCSII a demandé au premier ministre Trudeau d’appuyer l’appel au Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) de recommander que les provinces et les territoires offrent le rappel Pfizer-BioNTech COVID-19 à tous les travailleurs de la santé de première ligne qui ont reçu leur deuxième vaccin il y a plus de six mois. (Cliquez ici pour lire la lettre.)