Logo de la FCSII
24 avril 2018

Opinion : Croisée des chemins pour les libéraux de Trudeau à Halifax en ce qui a trait au régime universel d’assurance-médicaments

Blog
L’assurance-médicaments

Par Linda Silas, présidente de la FCSII

Publié dans le Chronicle Herald le 17 avril 2018

Les membres du Parti libéral, de partout au pays, sont à Halifax ce week-end pour assister au dernier Congrès national du Parti avant la prochaine élection fédérale. Les observateurs surveillent de près dans l’espoir de cerner les politiques qui feront partie de la plate-forme libérale en 2019.

Il semble que la création d’un régime universel couvrant les médicaments sur ordonnance au Canada fait bonne figure.

Ce week-end, les délégués libéraux ont une occasion unique de communiquer un message clair à la population canadienne, et préciser quel type de système de soins de santé leur Parti doit mettre de l’avant pour l’avenir du Canada. Il n’est pas surprenant de voir le régime universel d’assurance-médicaments prendre la vedette car, à vrai dire, les données en faveur d’un tel régime abondent, que ce soit le plan économique ou de la santé publique, et le public a manifesté un soutien massif.

Voilà maintenant des décennies qu’un régime public, universel, d’assurance-médicaments est proposé à répétition par des études jugées par les pairs, des études menées par des comités parlementaires, des panels de citoyens et des commissions royales. Nous savons qu’un tel régime permettra d’économiser des sommes énormes – entre 4 milliards $ et 11 milliards $ par année, selon le système – tout en augmentant l’accès pour des millions de personnes au Canada qui, en raison du coût, ne font pas exécuter leur ordonnance ou ne prennent pas leurs médicaments tels que prescrits, et dont la couverture assurée par un régime est imprévisible.

L’achat en masse de médicaments, dans le cadre d’un régime couvrant toutes les personnes du Canada, se traduirait en économies substantielles dans tout le secteur de la santé. Comme l’a précisé un expert canadien du secteur de la santé : « plus l’acheteur est gros, plus le pouvoir de négociation est grand. »

Après deux années d’études, et plus de 100 témoignages d’experts, d’autres données ont été communiquées, plus tôt cette semaine, lors de la publication du rapport du Comité permanent de la santé, composé de membres de tous les partis. Le rapport, Un régime d’assurance-médicaments universel pour tous les Canadiens : une nécessité, ajoute à l’élan amorcé depuis des décennies et recommande la couverture des médicaments sur ordonnance par le régime actuel d’assurance-maladie.

Dans la foulée des recommandations de ce rapport, les délégués libéraux voteront, ce week-end, pour adopter la résolution intitulée Instauration d’un régime d’accès universel aux médicaments nécessaires, qui demande d’ajouter tous les médicaments sur ordonnance à la Loi canadienne sur la santé, et créer, au Canada, un régime universel, à payeur unique, et fondé sur les données probantes.

Pendant que les membres du Parti déterminent la voie vers la prochaine élection fédérale, il est important de souligner que le régime universel d’assurance-médicaments a l’appui de la vaste majorité des personnes au Canada. Année après année, les sondages et les consultations publiques, partout au pays, ne font que confirmer cet appui, atteignant souvent plus de 90%, et démontrent que nous partageons une valeur, celle de l’accès pour tous qu’importe le revenu.

Quoi qu’il en soit, après des décennies de lutte, les infirmières et les infirmiers du Canada savent que la mise en place d’un tel régime ne se fera pas sans courage. Créer un système efficace permettant de résoudre les problèmes actuels engendrés par les coûts élevés et la couverture inégale et imprévisible va demander de gros efforts politiques et une coordination complexe avec les gouvernements provinciaux et territoriaux. De plus, comme c’est le cas pour tout investissement, les gouvernements du Canada devront investir pour couvrir les coûts initiaux s’ils veulent réaliser les milliards de dollars d’économies dans le secteur de la santé.

Or, la mise en œuvre d’un régime universel d’assurance-médicaments sera un jalon historique dans le prolongement du régime canadien d’assurance-maladie, ainsi qu’un leg important à nos enfants et petits-enfants. Et cela n’est pas du tout une exagération. Le Canada est encore le seul pays industrialisé ayant un régime universel d’assurance-maladie qui n’offre pas la couverture universelle des médicaments sur ordonnance. Le temps est venu d’exercer un solide leadership.

Les infirmières et les infirmiers le disent depuis des années : nous avons les données et le soutien du public, alors roulons nos manches et passons à l’action.

Les défis liés à la création d’un régime universel d’assurance-médicaments peuvent être surmontés grâce à un courageux leadership politique et à une vision audacieuse de l’avenir.

La population canadienne va commencer à examiner ses options pour 2019 et elle va rechercher des candidats et des candidates qui offrent exactement cela. Délégués libéraux, c’est à vous de jouer : sautez sur l’occasion.