Logo de la FCSII
13 janvier 2022

Le personnel infirmier au Canada : il est temps d’écraser à fond les freins

Communiqué de presse
COVID-19
pénurie de personnel infirmier

13 janvier 2022 (OTTAWA, ON) – Les infirmières et infirmiers du Canada sont extrêmement préoccupés par la propagation rapide du virus Omicron à travers le Canada. Des actions immédiates et décisives sont de toute urgence nécessaires pour empêcher notre système de soins de santé de crouler sous le poids de ce variant hautement infectieux.

« Ce n’est pas le temps de tourner autour du pot, » a déclaré Linda Silas, présidente de la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et infirmiers. « La combinaison d’un variant hautement transmissible et d’une pénurie de main-d’œuvre infirmière à l’échelle du pays pourrait nous mener droit au désastre. »

L’organisation infirmière fait appel aux gouvernements pour qu’ils adoptent immédiatement des mesures coupe-circuits afin de ralentir la transmission communautaire. Partout au Canada, les cas ont augmenté de façon exponentielle, et de nombreux hôpitaux ont déjà atteint leur capacité maximale.

« Aussi désagréable que cela puisse sembler, nous devons ramener les stratégies qui nous ont aidés à repousser les vagues précédentes, » a expliqué Mme Silas. « Les Canadiens et les Canadiennes doivent en autant que possible rester à la maison et minimiser leurs contacts. »

Malheureusement, les hôpitaux doivent à nouveau envisager de retarder les chirurgies non urgentes pour soutenir la quantité de membres disponibles du personnel en soins de santé qui apportent des soins aux patients de la COVID et aux autres patients nécessitant des soins d’urgence.

Les infirmières et infirmiers sont également perturbés par le discours dominant qu’Omicron est « léger » et qu’il ne nécessite donc pas de stratégies soutenues d’atténuation. Bien que le variant soit peut-être plus léger comparativement à ses prédécesseurs, il est tout de même mortel et a le potentiel de mettre à genoux notre système de soins de santé. De plus, le public n’a toujours pas assimilé le fait que la COVID-19 est transmise par l’air – une faute qui relève du manque de clarté de la part des gouvernements et leur refus de reconnaitre le consensus scientifique actuel.

« C’est tout à fait irresponsable de baisser les bras et d’accepter que davantage de Canadiens contractent la COVID‑19 ― que davantage de Canadiens meurent, » a dit Mme Silas.

Entre-temps, alors que le personnel infirmier se lance dans la bataille pour combattre la cinquième vague, il continue de se mettre inutilement en danger. Les gouvernements n’ont pas été en mesure de prioriser la troisième dose pour les travailleurs de la santé. De même, ces derniers éprouvent encore de la difficulté à obtenir de l’ÉPI adéquate, et ce, malgré de plus grands appels au public pour « mettre à niveau » son ÉPI afin de mieux les protéger contre le virus Omicron.

« Nous voyons des patients se présenter dans les cliniques de vaccination avec un meilleur ÉPI que ce qui est fourni au personnel infirmier, » a précisé Mme Silas. « Il est inadmissible que les infirmières, les infirmiers et les travailleurs de la santé, après presque deux années de pandémie, aient encore à se battre pour obtenir des masques N95 et d’autres ÉPI. »

« Si ce problème n’est pas abordé, nous continuerons de perdre des travailleurs de la santé pour cause de maladie, et les patients n’obtiendront pas les soins dont ils ont besoin. »

La FCSII s’est également opposée à ce que les travailleurs de la santé donnent des soins aux patients en étant eux-mêmes positifs à la COVID-19. La pénurie de main-d’œuvre infirmière incite plusieurs instances à prendre des décisions inconcevables, dangereuses et peu perspicaces, mettant les patients à risque et favorisant les éclosions dans les hôpitaux.

« Ce ne sont pas des décisions que vous prenez quand le secteur des soins de la santé fonctionne bien, » a expliqué Mme Silas. « Soyons clairs : c’est dangereux, et nous nous retrouvons dans cette position parce que les gouvernements ont ignoré pendant bien trop longtemps la pénurie infirmière. »

« Le personnel infirmier est à son point de rupture. Il se sent abandonné et sans soutien. Nos dirigeants élus doivent intervenir; notre système de soins de santé en dépend. »

-30-

La FCSII est la plus grande organisation infirmière au Canada. Elle représente près de 200 000 infirmières, infirmiers, étudiants et étudiantes en sciences infirmières. Elle se porte à la défense d’enjeux prioritaires dans le secteur de la santé et revendique l’engagement du gouvernement fédéral dans le secteur des soins de santé publics.

Pour en savoir davantage, communiquez avec :
Ben René, brene@nursesunions.ca, 613-406-5962