Logo de la FCSII
24 septembre 2018

Consensus parmi 70 groupes au sujet du meilleur modèle pour un régime national d’assurance-médicaments

Communiqué de presse
L’assurance-médicaments

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Lundi, 24 septembre 2018 (OTTAWA, ON) – Les infirmières et les infirmiers du Canada se sont joints à plus de 70 organisations nationales, provinciales et territoriales, d’un océan à l’autre, pour annoncer leur Principes établis par consensus relatifs au régime national d’assurance-médicaments. Selon le consensus, pour assurer le succès et l’efficacité d’un régime national couvrant les médicaments prescrits, ce régime doit être à payeur unique, universel, public, accessible, et offrir une couverture complète et transférable.  Le nombre de signataires adhérant aux principes établis par consensus ne cesse de croître à chaque jour.

« Lorsqu’il s’agit du régime national d’assurance-médicaments, nous ne parlons plus de ‘si’ mais plutôt de ‘comment’ ce système sera élaboré », souligne Linda Silas, présidente de la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers (FCSII). « Aujourd’hui, les défenseurs de ce régime national s’entendent pour dire que notre système de type mosaïque n’a pas besoin d’autres morceaux. Le Canada a besoin d’une couverture unique des médicaments pour tout le pays. »

Les conséquences sur la santé de notre système actuel fragmenté sont graves. Selon un rapport d’experts de 2018, commandé par le personnel infirmier du Canada, jusqu’à 640 personnes au Canada meurent prématurément à chaque année d’une seule maladie en raison du coût inabordable des médicaments. De plus, jusqu’à 70 000 aînés canadiens voient, inutilement, leur santé se détériorer à chaque année en raison des obstacles financiers à l’accès aux médicaments.

Les personnes du Canada savent que les médicaments sur ordonnance sont une importante partie d’un système complet d’assurance-maladie. Il a toujours été illogique de les traiter séparément et le temps est venu d’y remédier.

« Notre message au Conseil consultatif sur la mise en œuvre du régime national d’assurance-médicaments, et au gouvernement Trudeau, est clair : un stratagème pour offrir une couverture diluée et bouche-trou sera un échec », ajoute Silas. « Nous savons tous que cela coûtera plus cher, maintiendra les inefficacités administratives actuelles et n’arrivera pas à couvrir tout le monde. Ces principes établis par consensus doivent être la base sur laquelle s’élabore le régime national d’assurance-médicaments ».

De nombreuses études nous indiquent que c’est seulement en mettant en œuvre un régime public, universel et à payeur unique que le Canada sera en mesure d’économiser des milliards de dollars par année (4 à 11 milliards, selon la conception du régime) dans le secteur de la santé. Ces économies substantielles seraient réalisées en mobilisant le pouvoir d’achat du pays tout entier et en diminuant, de façon drastique, le gaspillage en raison de la multiplication des coûts, partout au pays, engendrée par près de 100 000 régimes privés d’assurance. Des économies importantes seraient aussi générées par la diminution des complications médicales et des hospitalisations qui surviennent en raison du coût inabordable des médicaments.

Depuis le mois de juin, le Conseil consultatif sur la mise en œuvre du régime national d’assurance-médicaments, présidé par le Dr Eric Hoskins, recueille des informations par l’intermédiaire de séances publiques de discussion ouverte, de consultations avec les principaux intervenants et d’un court questionnaire en ligne auquel toutes les personnes du Canada ont accès.

« Il reste cinq jours avant la date limite du 28 septembre. Nous encourageons toutes les personnes du Canada à prendre 15 minutes pour répondre au questionnaire en ligne, disponible sur le site Web du Conseil consultatif », précise Silas. « C’est, pour vous, l’occasion de communiquer directement avec les décideurs et leur dire pourquoi le Canada a besoin d’un régime d’assurance-médicaments qui fonctionne. »

-30-

La FCSII est la plus grande organisation infirmière au Canada, et représente près de 200 000 infirmières, infirmiers, étudiants et étudiantes en sciences infirmières. Elle cible les enjeux prioritaires du secteur de la santé et autres enjeux sociaux, et préconise l’engagement du gouvernement fédéral pour assurer l’avenir des soins de santé publics.

Pour en savoir davantage, communiquez avec :
Lauren Snowball, FCSII, 613-868-5702, media(at)nursesunions.ca
Sebastian Ronderos-Morgan, FCSII, 613-513-7754, sebastian(at)nursesunions.ca

Lire les principes de consensus