Logo de la FCSII
24 septembre 2019

Sondage : Un appui massif pour le régime d’assurance-médicaments national

assurance-médicaments
Communiqué de presse
Au Canada, 88 % des personnes pensent que le gouvernement fédéral a la responsabilité d’assurer la couverture des médicaments sur ordonnance pour toute la population.

OTTAWA, le 24 septembre 2019 — Selon un nouveau sondage mené par Cœur + AVC et la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers (FCSII), 93 % des personnes au Canada estiment qu’il est important que tous aient un accès égal aux médicaments sur ordonnance. La majorité (88 %) pense que cette responsabilité revient au gouvernement fédéral.

Le sondage indique que le coût élevé des médicaments sur ordonnance mène plusieurs citoyens à un risque pour leur santé en ne prenant pas leurs médicaments prescrits. D’ailleurs, près de un ménage canadien sur quatre (24 %) ne s’est pas procuré ou n’a pas renouvelé une ordonnance. Toujours en raison du coût, certains vont même jusqu’à couper leurs comprimés en deux pour que les médicaments durent plus longtemps. Le sondage confirme aussi que un ménage sur quatre compte une personne qui a hésité à quitter son emploi ou à changer d’emploi afin de ne pas perdre sa couverture d’assurance.

« Les médicaments contre les maladies du cœur et l’AVC jouent un rôle crucial dans la prévention, le traitement et le rétablissement. En fait, ils représentent davantage que toute autre catégorie de médicaments offerts au Canada, souligne Yves Savoie, chef de la direction de Cœur + AVC. Il est vital que chacun de nos concitoyens – qu’importe le revenu, l’âge ou le lieu de résidence – puisse obtenir les médicaments dont il a besoin. Un régime d’assurance-médicaments national et universel ira loin pour concrétiser cela. Il ne servira pas simplement à combler les écarts créés par le système actuel. »

« Notre sondage souligne que près de 90 % des répondants appuient la création d’un régime d’assurance-médicaments national et universel, ce qui confirme ce que les infirmières et les infirmiers savent par expérience : il s’agit d’un dossier chaud pour un grand nombre de Canadiennes et de Canadiens, mentionne Linda Silas, présidente de la FCSII. Nous croyons que les dirigeants fédéraux doivent tenir compte de cet appui de la population alors qu’ils discutent de cet enjeu dans le cadre de l’élection. »

Toujours selon le sondage, plus du tiers (35 %) des personnes au pays vivent un stress budgétaire en raison du coût des médicaments prescrits, et une personne sur cinq (21 %) ayant déjà une assurance-médicaments trouve difficile d’assumer ce coût.

Des études démontrent que l’accès aux médicaments est plus difficile pour certaines personnes. Par exemple, moins de femmes que d’hommes bénéficient d’un régime d’assurance-médicaments offert par l’employeur. Aussi, elles sont plus susceptibles de ne pas prendre leurs médicaments en raison du coût. Il en va de même chez les peuples autochtones, les personnes âgées de 18 à 44 ans, ainsi que celles ayant une santé précaire ou un revenu plus faible.

La mise en œuvre d’une stratégie équitable des médicaments par le gouvernement fédéral trouve appui dans l’énoncé de politique de Cœur + AVC relatif au régime d’assurance-médicaments, ainsi que dans les principes établis par consensus de la FCSII, lesquels ont d’ailleurs le soutien de plus de 80 organismes. Cœur + AVC et la FCSII précisent que le sondage établit clairement qu’un régime d’assurance-médicaments national et universel devrait être une priorité de chacun des principaux partis politiques lors de l’élection fédérale d’octobre.

Faits saillants du sondage

  • Au Canada, 93 % des personnes trouvent important que tous aient un accès égal aux médicaments sur ordonnance.
  • Au Canada, 88 % des personnes pensent que le gouvernement fédéral a la responsabilité d’assurer la couverture des médicaments sur ordonnance pour toute la population.
  • Pas moins de 88 % des Canadiennes et des Canadiens appuient la création d’un régime d’assurance-médicaments national offrant un accès équitable aux médicaments sur ordonnance – qu’importe le revenu –; plus de une personne sur deux (51 %) indique appuyer « fortement » un tel régime.
  • Au cours des 12 derniers mois, près de une personne sur quatre au Canada (24 %) ne s’est pas procuré une ordonnance, ne l’a pas renouvelée, ou a fait en sorte que ses médicaments durent plus longtemps, et cela en raison du coût.
  • Un ménage sur quatre au pays (25 %) compte une personne qui a hésité à quitter son emploi ou à changer d’emploi afin de ne pas perdre sa couverture d’assurance-médicaments.
  • Au Canada, 35 % des personnes mentionnent que le coût des médicaments sur ordonnance a engendré un stress sur le budget du ménage.
  • Une personne sur cinq au Canada (21 %) ayant une assurance-médicaments trouve difficile d’assumer la partie du coût qu’elle doit payer pour se procurer une ordonnance.

La FCSII a aussi commandité un sondage additionnel qui ne fait pas partie du communiqué de presse conjoint afin de savoir comment un régime d’assurance-médicaments national et universel pourrait influencer les électeurs. Notre sondage démontre que :

  • Un canadien sur deux (50%) est plus susceptible de voter pour un parti politique qui promet de mettre en place un programme national d’assurance médicaments, avec un canadien sur quatre (23%) se prononçant comme étant « bien plus susceptible » de voter pour un tel parti.

Environics Research a mené ce sondage en ligne du 8 au 16 août 2019 auprès de 1 500 adultes canadiens de 18 ans et plus. La marge d’erreur pour un échantillon aléatoire et probabiliste comparable de 1 500 est de +/- 2,6 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Pour en savoir davantage :

Ben René
Agent des communications
Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers
613 406-5962 (cell.)
brene@nursesunions.ca

Maryse Bégin
Gestionnaire, Communications, Québec
Fondation des maladies du cœur et de l’AVC
514 871-8038, poste 20232
Maryse.Begin@coeuretavc.ca