Share

Les syndicats à l’œuvre pour éliminer le VIH/sida au Canada et à l’étranger

News Category: 
Publication date: 
jeu, 2016-12-01

Les dirigeants du monde se sont unanimement engagés à mettre fin à l’épidémie de sida d’ici 2030 dans le cadre des objectifs de développement durable de l’ONU. Afin d’atteindre cet objectif, ONUSIDA a élaboré une série de cibles appelée 90-90-90. Cela signifie qu’en 2020, on peut espérer que :Les dirigeants du monde se sont unanimement engagés à mettre fin à l’épidémie de sida d’ici 2030 dans le cadre des objectifs de développement durable de l’ONU. Afin d’atteindre cet objectif, ONUSIDA a élaboré une série de cibles appelée 90-90-90. Cela signifie qu’en 2020, on peut espérer que :

  • 90 % de toutes les personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique;
  • 90 % des personnes diagnostiquées avec le VIH reçoivent un traitement durable;
  • 90 % des personnes recevant un traitement ont une charge virale supprimée.

Les syndicats ont longtemps fait partie de la lutte contre le VIH/sida par la sensibilisation, l’élaboration de politiques en milieu de travail, l’investissement dans les initiatives locales, nationales et internationales, la promotion des initiatives gouvernementales et la lutte contre la stigmatisation.

Voici un aperçu de ce que les syndicats font actuellement pour atteindre la cible 90-90-90 d’ici 2020.

À l’échelle internationale

Au cours des deux dernières années, le Congrès du travail du Canada a participé à un projet historique au Nigeria : un partenariat entre les syndicats, les gouvernements et les employeurs canadiens et nigérians pour aider le Nigeria à respecter la norme sur le VIH et le sida de l’Organisation internationale du Travail (OIT).

Après les premières rencontres, le CTC a engagé une coordonnatrice nationale sur le terrain pour appuyer les syndicats africains qui demandent des évaluations nationales sur le VIH/sida. Depuis février, elle travaille avec l’OIT, la Confédération syndicale internationale et le gouvernement, les syndicats, la société civile et d’autres parties prenantes du Nigeria afin que soit tenue la toute première évaluation nationale sur le VIH/SIDA en Afrique. Les parties concernées espèrent que l’évaluation permettra non seulement d’apporter des changements au Nigeria, mais servira aussi de modèle à d’autres pays.

Le travail au Nigeria ne serait pas possible sans le soutien du Fonds syndical canadien pour le VIH/sida. Depuis la création du fonds en 2003, les syndicats ont recueilli plus de 500 000 $ pour soutenir des projets collaboratifs uniques avec des syndicats dans les pays suivants : Nigeria, Tanzanie, Kenya, Zimbabwe, Ouganda, Mozambique, Sénégal, Ghana, Botswana et Rwanda.

Ce fonds a permis à des milliers de travailleuses et travailleurs en Afrique de recevoir une formation sur la prévention et a également soutenu des programmes de dépistage, des conférences syndicales sur le VIH/SIDA, la production de documents de sensibilisation et l’intégration de l’analyse sexospécifique dans le travail sur le VIH/SIDA.

Au Canada

Depuis plus d’une décennie, le Congrès du travail du Canada appuie l’éducation sur le VIH/sida, ainsi que la prévention, le dépistage et le traitement, par le biais de partenariats avec des organisations canadiennes comme le Conseil international des ONG de lutte contre le sida, RÉSULTATS Canada, le Réseau canadien sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants, ainsi que des coalitions comme la Coalition interagence sida et développement et le Groupe pour l’accès mondial aux traitements.

Il reste du travail à accomplir. En ce moment, la prévalence du VIH au Canada est toujours en hausse, soit de 9,7 p. 100 depuis 2011. Environ 21 p. 100 des Canadiens atteints du VIH ignorent leur statut.

L’année dernière, le gouvernement canadien a approuvé la cible 90-90-90 et les syndicats invitent le gouvernement à mettre en œuvre des plans concrets pour atteindre ces objectifs.

Ces plans doivent comprendre la participation des communautés les plus touchées. La fréquence des infections au VIH chez les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes est 131 fois plus élevée que chez les autres hommes. Les Canadiennes et Canadiens provenant de pays où le VIH est endémique et les communautés autochtones sont aussi surreprésentés. Ce n’est qu’en travaillant avec ces communautés pour lutter contre la stigmatisation et appuyer l’éducation, la prévention et le traitement que le Canada pourra atteindre la cible 90-90-90.

Le 1er décembre est la Journée mondiale du sida. Les statistiques dans cet article proviennent de CATIE.

Source: