The CFNU Logo
28 avril 2016

Le grand nombre d’absences en raison de blessures chez le personnel infirmier fait ressortir le besoin d’assurer la sécurité dans les établissements de soins de santé

Énoncé des infirmières et des infirmiers du Canada en ce Jour de deuil national

 

28 avril 2016 (Ottawa) – Chaque année, des milliers d’infirmières et d’infirmiers sont blessés au travail. En fait, selon les statistiques pour 2014 de  l’Association des commissions des accidents du travail du Canada, les secteurs de la santé et des services sociaux affichent le plus grand nombre d’absences en raison de blessures au Canada – 41 141 demandes d’indemnisation approuvées – et ce chiffre dépasse ceux des secteurs des mines, de l’exploitation de carrières et du forage de puits de pétrole, de la construction et du secteur manufacturier. Ces données s’avèrent vraies dans la plupart des provinces, ce qui indique un problème à l’échelle du pays.

Les données de l’Association font référence au taux d’absentéisme, pour 2014, chez le personnel infirmier à temps plein. À 8 %, ce taux est presque le double de la moyenne pour les autres professions (4,7 %). Bien que l’on pense souvent que les industries des ressources naturelles, de la construction et de la fabrication présentent des défis en matière de santé et de sécurité, les données nous indiquent que les soins infirmiers sont une profession dangereuse.

On estime à 846 millions de dollars le coût de l’absentéisme chez le personnel infirmier en 2014.

« Des infirmières et des infirmiers sont blessés au travail à chaque jour. Cela s’avère coûteux pour le système, et c’est coûteux pour le personnel infirmier, particulièrement lorsqu’il s’agit de violence; cela peut entraîner des conséquences dévastatrices et à long terme », souligne Linda Silas, présidente de la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et infirmiers (FCSII). « En tant que société, nous devons reconnaître que les établissements de soins de santé peuvent être dangereux, et il faut mettre en œuvre de solutions à long terme afin que le personnel infirmier puisse avoir un meilleur équilibre travail-vie, et puisse dispenser des soins de la meilleure qualité possible à leurs patients », ajoute Silas.

Selon les données 2012-2014 de l’ l’Association des commissions des accidents du travail du Canada, le secteur hospitalier représente une moyenne annuelle de plus de 8 000 absences approuvées en raison de blessures chez les travailleurs de la santé de première ligne. Le secteur des soins de longue durée (SLD) représente une moyenne annuelle de plus de 7 000 absences en raison de blessures pendant la même période, et les soins à domicile ajoutent plus de 1 000 absences par année en raison de blessures.

En examinant de plus près les causes des blessures entraînant une perte de temps dans le secteur de la santé, nous pouvons observer une prévalence de blessures engendrées par la violence. À Terre-Neuve-et-Labrador, province où le taux de blessures en raison d’agression et d’actes violents sont substantiellement plus élevés chez les travailleurs du secteur de la santé et des services sociaux, comparativement à la moyenne provinciale, ces taux ont plus que doublé entre 2007 et 2014. En Ontario, province qui a mis sur pied une table ronde pour lutter contre les taux croissants de violence au travail au sein du système de soins de santé, la violence au travail représente un coût annuel d’environ 23,8 millions de dollars pour les hôpitaux. En C.-B., les demandes d’indemnisation en raison de violence chez les travailleurs de la santé et des services sociaux sont la troisième principale cause d’absentéisme en raison de blessures; entre 2005 et 2012, le taux de blessures en raison de violence chez les travailleurs de la santé était 15 fois supérieur à celui des policiers.

Outre la violence, les blessures musculo-squelettiques, l’exposition à des substances dangereuses, et les chutes sont les principales causes d’absences en raison de blessures chez les travailleurs de la santé, y compris le personnel infirmier.

L’an dernier, la FCSII a publié son Rapport sur les heures supplémentaires et l’absentéisme pour 2014. Ce rapport illustre les conséquences néfastes des heures supplémentaires excessives et des charges de travail excessives sur le personnel infirmier de première ligne, et cela entraîne des taux croissants d’absentéisme. Une publication de  2016 de la FCSII, intitulée Bridging the Generational Divide: Nurses United in Providing Quality Patient Care, présente une série de recommandations regroupées autour de six (6) thèmes, y compris assurer la sécurité de la dotation en personnel en augmentant les taux globaux de dotation afin que le personnel infirmier puisse avoir un meilleur équilibre travail-vie, et puisse dispenser des soins de la meilleure qualité possible à leurs patients. Ensemble, les mesures proposées contribueraient grandement à diminuer les absences en raison de blessure chez le personnel infirmier.

« En ce Jour de deuil national, et en qualité d’infirmières et d’infirmiers, nous rendons hommage aux milliers de travailleurs et de travailleuses qui ont été tués ou blessés, ou qui sont tombés malades en raison d’un incident lié au travail. Nous reconnaissons le droit de chaque travailleur de pouvoir, à la fin de sa journée de travail, revenir à la maison et à sa famille sain et sauf »,  mentionne Linda Silas, présidente de la FCSII. « La FCSII est déterminée à faire de 2016 une année plus sécuritaire pour le personnel infirmier et les travailleurs de la santé : une année à l’abri des maladies infectieuses; à l’abri de la violence; et à l’abri des réductions d’emplois permanents et stables », ajoute Silas.

-30-

La Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et infirmiers (FCSII) est la plus grande organisation infirmière au Canada, et représente près de 200 000 infirmières, infirmiers, étudiants et étudiantes en sciences infirmières. La FCSII lutte pour obtenir une discussion, à l’échelle nationale, sur les priorités du secteur de la santé, notamment un régime national d’assurance-médicaments, une approche globale en matière des soins continus et de longue durée, une attention plus marquée aux ressources humaines en santé, et un engagement du gouvernement fédéral par rapport à l’avenir des soins de santé publics.

 

Pour en savoir davantage, communiquez avec :

Emily Doer
Agente des communications
613-807-1340